Cours de DANSES COUNTRY en Bourgogne 21 et 71 CONNECTION 71 Chalon sur saone

Danse COUNTRY CONNECTION 71 :
Le vendredi 20h30-22h30
GERGY 71 Saone et Loire
Chalon sur Saone nord, Beaune sud
Salle des fetes
ou salle villeneuve 150 route Virey à Gergy

Le lundi 20h30 à 22 h
cours de danse débutant :
salle villeneuve, 150 rte Virey Gergy

Renseignements : 06.72.44.00.12.
Face book : Country Connection 71
seance d' essai gratuite
Cotisation annuelle : 25€

Les articles classés par dates :

dimanche 27 septembre 2020

 Le sachez tu !?

😮 "Capituler" vient du latin capitulum, chapitre, car lors d'une reddition militaire, les deux parties négociaient les différents chapitres d'un traité.
Capitulum vient de caput (tête) + ulum, diminutif : petite.
En tête d'un chapitre, de la partie, figurait en effet le résumé de celui ci.
La salle du "chapitre" est dans un monastère, la salle où l'on lisait un chapitre de la bible. Les moines dédiés aux tâches n'avaient pas accès à la salle "capitulaire" où on lisait le chapitre, ils n'avaient donc pas voix (vote) au chapitre.
La salle capitulaire était décorée de colonnes dont les chapiteaux, (la tête de colonne), sont sculptés.
Capitale vient également de capus, capitis, tête; c'est la ville qui est à la tête d'un pays.
Ci-dessous la peinture d'une capitulation : La "Rendición" de Bailén de José Casado del Alisal, peint en 1864.
Le tableau représente la capitulation, en 1808, des troupes napoléoniennes à la bataille de Bailén et est exposé au Prado de Madrid.
Bailén est à 100 km à l'est de Cordou, au sud de l'Espagne.
En 1808, à Bayonne, Napoléon destitue le roi d'Espagne Charles IV et son fils Ferdinand VII pour les remplacer par son frère Joseph.
Le soulèvement espagnol du 2 mai et sa répression sanglante par Murat, marque le début de la guerre d'indépendance espagnole.
A gauche, le général espagnol et ses troupes saluent les français, tête basse et vaincus, en contre-bas.
TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Cette étymologie, et plus de 250 autres articles, est à retrouver sur :
- la page Face Book " Le sachez tu !? 📷 "
- et sur le blog :

lundi 21 septembre 2020

 Le sachez tu !?

😮 Ban : cette racine étymologique se retrouve dans plusieurs expressions anciennes assez différentes :
1) publier les bans (non ! rien à voir avec retenir les bancs à l'église !! 😉 )
2) convoquer le ban et l'arrière ban
3) et même dans la "banlieue" (une lieue au delà des bans)
Au XIIe siècle ban signifiait « ordre » et, par extension l'ensemble des vassaux convoqués à la guerre (ban, et au delà, arrière ban).
4) Ban était aussi l'étendard que l’on portait aux processions et qui servait à distinguer une paroisse ou une confrérie : porter la croix et la bannière
Par métonymie, ban signifia : administration, féodalité, puis territoire relevant de l’autorité d’un seigneur, le secteur où la juridiction du seigneur était valable, puisque son étendard était planté, mais également publication, proclamation.
"Bannir" c'est exclure un vassal de cette juridiction.
Un chevalier banneret devait avoir 50 vassaux, pour avoir le droit de lever bannière, c'est-à-dire de former avec eux une compagnie en vue du combat.
Le four (ou pressoir, moulin, pâturage) "banal" appartenait au seigneur qui, au nom du droit de ban, percevait une redevance, souvent en nature, et devait en contrepartie l'entretenir.
Par analogie, banal est à disposition de tous, sans particularité...
Ci dessous : de DUCIS Louis, né à Versailles, en 1775 mort Paris, 1847 : François Ier guerrier agenouillé devant le chevalier Bayard qui va l’armer chevalier. A l’arrière divers personnages célèbres sont ici représentés dont l’amiral Bonnivet, Louis de la Trémouille, le duc Alphonse de Ferrare, le connétable de Bourbon ainsi que le duc de Guise porté par ses écuyers.
La bannière bleue fleurdelysée est celle du roi de France
Exposé au CHÂTEAU ROYAL DE BLOIS
TOUS DROITS RÉSERVÉS ©2019
Cette étymologie, et plus de 250 autres articles, est à retrouver sur :
- et sur mon blog :

 Le sachez tu !?

😮 Dithyrambique vient du grec "dithyrambe", διθύραμβος, un chant en l'honneur des dieux, initialement en l'honneur de Dyonisos, un genre poétique lyrique.
δι θύραμβος est lui même composé de δι (di, deux) et θύραμβος thuríambos, composé lui même de θύρα porte et ἴαμβος íambos, signifiant vers lyrique.
θύρα (prononcer "thura" comme en anglais), porte, vient de l’indo-européen dʰwer- dont sont issus le door anglais, Tür allemand, le néerlandais deur, le persan در, dar : plein de portes qui s'ouvrent !

Dionysos fut arraché aux entrailles de sa mère Sémélé anéantie par la foudre de Zeus, que, sous l’influence perverse d’Héra, elle lui avait demandé de montrer.
Zeus mit alors l’enfant dans sa cuisse. Dionysos est « né deux fois », ou sous deux formes.
C’est un Dieu "Dithyrambe" : qui a franchi deux fois les portes (de la vie) et pour lequel on a crée donc des poèmes lyriques
Deux représentations de la naissance de
Dionysos
de la cuisse de Jupiter... la seconde, issue d'une frise sculptée, représentant également Hermès, ( le Dieu des sacs à mains 😛 😉 😃)
) vient du Musée du Vatican à Rome.
TOUS DROITS RÉSERVÉS ©2019
Cette étymologie, et plus de 250 autres articles, est à retrouver sur :
- ma page Face Book "Le sachez tu !? 📷 "
- et sur mon blog :

Paquebot vient de l'anglais "packet boat"

 Le sachez tu !?

😮

Paquebot vient de l'anglais "packet boat" qui désignait au XVIII° les bateaux transportant des paquets entre l'Angleterre et ses colonies.
A noter que "paquet" vient du moyen français pacque ''ballot d'étoffe", lui même issu de l'anglais pack.
Au XVIIIe siècle les packet boats furent mis en service sur Atlantique entre la Grande-Bretagne et ses colonies.
Puis les packed boats à vapeur fut utilisés pour naviguer sur le Mississippi et le Missouri.
The Eclipse paddlewheel riverboat loading cotton on the banks of the Mississippi (Le bateau à aubes Eclipse chargeant du coton sur les rives du Mississippi)
TOUS DROITS RÉSERVÉS ©2019
Cette étymologie, et plus de 250 autres articles, est à retrouver sur :
- et sur mon blog :

dimanche 30 août 2020

 Le sachez tu !? 😮 Les bottes de sept lieues étaient au XVII° les bottes utilisées par les postillons qui conduisaient les diligences, et chargés de transporter le courrier.

En effet, les relais de poste étaient distants d’environ sept lieues.
Mais ces "postes", distances entre deux relais, variaient en moyenne de 16 à 30 kilomètres selon les régions.
Rigides, fixées à la monture, ces bottes permettaient une protection des jambes en cas de chute. Elles étaient renforcées de fer pour empêcher les fractures.
L'ogre chaussé de bottes magiques de sept lieues de Gustave Doré.
Gustave Doré, né en 1832 rue de la Nuée-Bleue à Strasbourg, est le fils d'un ingénieur né à Coblentz. Gustave eu deux frères : Ernest, né à Épinal en 1830, compositeur et employé de banque et Émile futur général.
Gustave Doré avait un lien fort avec sa mère qui le qualifia de génie. Ce soutien était moins partagé par son père qui le destinait à l'École Polytechnique.
Gustave mourut en 1883 dans son hôtel de la rue Saint-Dominique, à Paris.
TOUS DROITS RÉSERVÉS ©2019
Cette étymologie, et plus de 250 autres articles, est à retrouver sur :
- et sur mon blog :

 Le sachez tu !? 😮 Excès : certains ont un moment d'hésitation avant de mettre le x avant le c, il suffit de se souvenir que "excès", et "excéder", viennent du latin ex cederer " faire sortir".

Cederer a donné : céder, (aban)donner
De même "exciter", vient de excitarer, de ex + citarer qui signifie aussi "sortir de" ( ses gonds !? 😉 ).
Jan Steen - Repas de famille, Musée du Louvre
Une peinture représentant tous les excès !
Ecoutez ce tableau : quel bruit, quelle cacophonie, que de débordements ! ça braille, ça crie, ça chante, ça hurle, ça boit, ça rit... 😉
TOUS DROITS RÉSERVÉS ©2019
Cette étymologie, et plus de 250 autres articles, est à retrouver sur :
- et sur le blog :

jeudi 20 août 2020

L'absinthe pemet de trouver les sources de la Loue

 Le sachez tu !? 😮 Quand l'hydronymie emprunte les chemins de traverse de "l'alcoolographie", ou un fait divers apéritif au service des connaissances hydrologiques :

Le dimanche 11 août 1901 à midi, un violent orage s'abat sur Pontarlier et à 12h 20 la foudre frappe le dôme central de l'usine Pernod.
L'incendie est instantané.
l'absinthe stockée en grande quantité risque de provoquer des explosions et l'incendie risque de se propager dans Pontarlier.
Un employé de l'usine décide de vider les cuves d'alcool et d'absinthe dans le Doubs pour éviter qu'elles n'explosent.
On raconte que des personnes remplissaient des bouteilles et que des soldats en garnison à Pontarlier emplissaient leur casque de ce apéritif improvisé.
Deux jours plus tard, la Loue à sa source prend une teinte verte et dégage l'odeur caractéristique de l'absinthe, mettant ainsi en évidence que la Loue n'est qu'une résurgence du Doubs.
La vérification scientifique de cette hypothèse sera faite quelques années plus tard à l'aide d'un colorant spécifique.
En 1903, une nouvelle usine Pernod plus moderne sera construite.
Mais, nouveau revers l'absinthe sera interdite !
L'absinthe, boisson sulfureuse rendue célèbre par des artistes du XIXe siècle tels que Van Gogh ou Verlaine, fut interdite car elle était accusée de "rendre fou": aujourd'hui, la "Fée verte" connaît une nouvelle vie.
Dans l'esprit des Français, "l'absinthe est encore la boisson interdite qui rend fou: il y aura toujours un mystère autour de cette boisson", prédit Fabrice Herard, organisateur des Absinthiades de Pontarlier (Doubs), une manifestation dédiée à l'absinthe.
Muse du peintre Van Gogh et du poète Verlaine dont Émile Zola a décrit les ravages dans "L'Assommoir", l'absinthe est la boisson des artistes du XIXe siècle.
Mais dans les années 1900, cet alcool distillé né en Suisse au XVIII ème siècle et tirant entre 45 et 72 degrés est accusée de provoquer de graves dégâts cérébraux, en raison de l'une des molécules de la plante d'absinthe, la thuyone. Le 16 mars 1915, l'absinthe est interdite en France.
"L'absinthe rendait fou parce que les gens en consommaient trop et à un degré trop fort", estime François Guy, propriétaire de la distillerie du même nom, crée en 1890 par son grand-père à Pontarlier (Doubs).
"Aujourd'hui, des études montrent que la thuyone n'est pas néfaste, les effets pervers de l'absinthe étaient dus à l'alcool", souligne-t-il.
L'interdiction de la "Fée verte" provoque une catastrophe économique sur le secteur de Pontarlier, capitale française de ce spiritueux anisé.
Dans les années 1900, cette petite ville située près de la Suisse compte 23 distilleries et 111 bistrots. Les distilleries font travailler près de 3.000 personnes et produisent plus de 10 millions de litres livrés au monde entier.
"À l'époque, 80% de l'activité de la ville dépendait de la production d'absinthe et pratiquement personne n'est arrivé à se reconvertir", explique François Guy.
En 1988, l'absinthe est de nouveau autorisée en France mais uniquement sous l'appellation "spiritueux à base de plantes d'absinthe", avec un taux de thuyone limité à 35 mg/L.