Le sachez tu !? :o Chronique Ă©tymologique et culturelle par Laurence Chalon

Le sachez tu !? :o Petite chronique Ă©tymologique et culturelle par Laurence Chalon

Les articles classés par dates :

mercredi 30 mars 2022

Le Sachez Tu !? 😼 Espadrilles, sandales, d’espardille, du nom de la ville grecque ÏƒÏ€ÎŹÏÏ„ÎżÏ‚ Spartos.

 Le Sachez Tu !?

😼 Espadrilles, sandales, et autres va-nu-pieds 😉
Espadrille vient d’espardille, empruntĂ© Ă  l'occitan espardi(l)hos, ou "sandales de sparte", lui-mĂȘme dĂ©rivĂ© de l'ancien provençal espart ou sparterie, du nom de la ville grecque ÏƒÏ€ÎŹÏÏ„ÎżÏ‚ Spartos.
Il y a eu, au fil du temps et des déformations, une "métathÚse", ou permutation entre le R et le D, entre espardille et espadrille.
En Catalogne, et au Pays Basque, depuis le Moyen Âge, l'espardenya se porte, avec ou sans longs lacets nouĂ©s autour de la cheville.
La "sparterie" regroupe la fabrication de cordes, nattes, tapis, paniers, et semelles tressées, en alfa, ou en "spart", cette sorte de jonc méditerranéen à plumet et aux feuilles solides.
"Spartiates" dĂ©signent les sandales Ă  de laniĂšres de cuir croisĂ©es, portĂ©es dans l'antiquitĂ© par les habitants de cette ville du centre du PĂ©loponnĂšse (de Î Î­Î»ÎżÏˆ, PĂ©lops, fils de Tantale + Îœáż†ÏƒÎżÏ‚, nĂȘsos, Ăźle).
On qualifie de confort ou d'Ă©ducation spartiate, une Ă©ducation, un confort rigide et austĂšre.
En effet, selon le philosophe béotien Plutarque (46-125), à leur naissance, les jeunes bébés de la puissante cité état de Sparte, devaient passer devant une commission et, s'ils étaient chétifs ou malformés, ils étaient jetés dans un gouffre du haut d'une montagne.
Ce tri constituait une forme d'eugĂ©nisme avant l'heure (de Δυ-, bien + ÎłÎ­ÎœÎżÏ‚, guĂ©nos, engendrĂ©) mot inventĂ© en 1883.
Retirés de leur famille dÚs l'ùge de sept ans, et jusqu'à vingt ans, les jeunes garçons suivaient, en commun, une éducation stricte et rigoureuse, afin d'en faire des guerriers endurcis et aguerris :
ils devaient mĂȘme se battre en eux afin de crĂ©er l'esprit de compĂ©tition et le goĂ»t de l'endurance.
Les jeunes Spartiates avaient le crane rasĂ©, dormaient sur des lits de roseaux et devaient marcher pieds nus, ce qui est un comble pour un spartiate ... 😉
Cette terrible éducation faisait des Spartiates les soldats les plus redoutés de toute la GrÚce classique...
Mais revenons Ă  nos sandales, qui ont fait du chemin :
ce mot vient du latin sandalium, issu du grec ÏƒÎ±ÎœÎŽÎŹÎ»ÎčÎżÎœ, sandalion, sans doute lui-mĂȘme issu d'un mot perse, "sandal" signifiant juste... soulier.
La babouche, elle aussi, nous vient Ă  petits pas de Perse, (et pas en tapis volant) en passant par le turc papuç (chaussure), issu du persan ÙŸŰ§ÙŸÙˆŰŽ papusch composĂ© de ÙŸŰ§, pa (pied) et ÙŸÙˆŰŽÛŒŰŻÙ† pushidan (couvrir).
Ci-dessous :
Aphrodite, Pan et Éros, en marbre de DĂ©los, Ăźle des Cyclade, exposĂ©e au musĂ©e national d'AthĂšnes, et datĂ© des environs de 100 avant J.-C.
Dans un geste aussi gracieux que coquin, la belle Aphrodite menace de sa sandale le dieu Pan en riant;
celui ci tente, en souriant, de soulever la main pudique qui cache l'intimité de la déesse.
Au dessus d'eux, un facĂ©tieux petit Eros vient ce mĂȘler Ă  cette scĂšne libertine et provoquer Pan.
L'avant bras musclé et vigoureux de Pan, aux veines saillantes, laisse présager la force du Dieu satyre.
Quant Ă  la sandale de la belle :
elle a encore ses trous par lesquels passaient sans doute les lacets disparus...
Le groupe provient de l'établissement des Poseidoniastes de Béryte à Délos et a été découvert en 1904.
Merci Ă  RĂ©gis Pettinari pour cette suggestion 😉
TOUS DROITS RÉSERVÉS © Laurence Chalon 2019
Cet article, et plus de 500 autres, est Ă  retrouver sur :
- ma page Face Book " Le sachez tu !? đŸ“· "
- et sur mon blog :