Cours de DANSES COUNTRY en Bourgogne 21 et 71 CONNECTION 71 Chalon sur saone

Danse COUNTRY CONNECTION 71 :
Le vendredi 20h30-22h30
GERGY 71 Saone et Loire
Chalon sur Saone nord, Beaune sud
Salle des fetes
ou salle villeneuve 150 route Virey Ă  Gergy

Le lundi 20h30 Ă  22 h
cours de danse débutant :
salle villeneuve, 150 rte Virey Gergy

Renseignements : 06.72.44.00.12.
Face book : Country Connection 71
seance d' essai gratuite
Cotisation annuelle : 25€

Les articles classés par dates :

mercredi 10 mars 2021

Le sachez tu !? 😼 "Standard" et "Ă©tendard" viennent du vieux français "estendart",

 Le sachez tu !?

😼
"Standard", mot anglais, et "Ă©tendard", ont la mĂȘme origine Ă©tymologique.
Ils viennent du vieux français "estendart", signifiant "enseigne de guerre", issu lui mĂȘme du vieux-francique "standhard".
"Standhard", est composĂ© de stand, "ĂȘtre debout" en anglais et allemand, + "hard" en anglais et allemand, signifiant "dur, stable".
L'étendard est la banniÚre de ralliement fiché sur sa lance.
En anglais, standard a d'abord désigné l'étalon de référence de la monnaie, ce qui explique le glissement sémantique.
La "vexillologie" n'est pas l'Ă©tude des gens vexĂ©s ! 😉 mais celle des Ă©tendards.
Vexillologie vient du latin vexillum, étendard des légions romaines, est l'étude des drapeaux.
"vexo" signifiait agiter, tourmenter.
L'Ă©tendard se termine souvent par deux pointes s'agitant comme des flammes, tout comme l'oriflamme.
L'oriflamme, (de auris, "or", donc flamme d'or), elle, fut d’abord la banniĂšre spĂ©cifique de l’abbaye de Saint-Denis, portĂ©e devant le roi de France en guerre jusqu’au XVe siĂšcle.
L'Ă©tymologie de "banniĂšre" (ban, arriĂšre ban, publier les bans, la croix et la banniĂšre, ban-lieue ...) a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© expliquĂ©e dans la chronique "Le sachez tu !? 😼" du 31aoĂ»t 2020, pour les passionnĂ©s de vexillologie....
Loyset Liédet (1420- ) :
Miniature de la Bataille d'Auray, dans les chroniques de Jean Froissart
La bataille d'Auray, en 1364, opposa :
- l'armée anglo-bretonne aux ordres de Jean III de Montfort à
- l'armée franco-bretonne soutenant Charles de Blois.
Au milieu du champs de bataille opposant bretons aux grands bretons, heureusement qu'il existait les Ă©tendards, pour ĂȘtre sĂ»r de tuer le bon... 😉
Ici les anglais se reconnaissent aux Ă©tendards avec des Lions,
la fleur de Lys se retrouvant dans les deux camps...
Quant au drapeau à damier : non, ici, il n'indique pas le dernier tour de piste ! 😉
TOUS DROITS RÉSERVÉS © Laurence Chalon 2019
Cet article, et plus de 300 autres, est Ă  retrouver sur :
- ma page Face Book " Le sachez tu !? đŸ“· "
- et sur mon blog :