Le sachez tu !? :o Chronique Ă©tymologique et culturelle par Laurence Chalon

Le sachez tu !? :o Petite chronique Ă©tymologique et culturelle par Laurence Chalon

Les articles classés par dates :

vendredi 18 février 2022

Le sachez Tu !? 😼 HystĂ©rie : du grec ᜑστέρα hustĂ©ra matrice, entrailles, utĂ©rus.

 Le sachez Tu !?

😼 HystĂ©rie :
vous savez que ce mot vient du grec ᜑστέρα hustĂ©ra signifiant matrice, entrailles, utĂ©rus.
C'est Jean-Martin Charcot (1825-1893), le pĂšre du futur commandant Charcot (1867-1936), qui donna son succĂšs Ă  ce mot, en dĂ©crivant cette maladie nerveuse dite "fĂ©minine" et en organisant des sĂ©ances spectaculaires Ă  l'hĂŽpital de la SalpĂȘtriĂšre :
devant un parterre de plus de 400 spectateurs masculins, Charcot décrivait les différentes phases d'une crise, sur sa patiente, Blanche Wittman, surnommée gentiment "la reine des hystériques" et qui avait l'amabilité d'entrer en transes épileptiques sur simple demande hypnotique.
C'est cependant un autre médecin, Charles Le Pois, (1563-1633) qui fut le premier à établir que ces "crises de nerfs", comme on dirait aujourd'hui, n'étaient pas dues à des déplacements d'un "utérus baladeur" (sic !) comme on le croyait alors, mais à des atteintes névrotiques.
Charcot faisait un lien entre les crises d'hystérie et les tableaux cliniques résultants des cas de "possession" et autres descriptions de transes épileptiques de sorciÚres moyenùgeuses, qui selon lui, ne relevaient pas du surnaturel mais tout simplement de maladies nerveuses.
Aujourd'hui, on parle plutÎt "d'hystérie collective", ou "d'hystérisation du débat politique", termes laissant imaginer combien l'embrasement médiatique peut créer de névroses surprenantes et de psychoses déraisonnables.
Ci-dessous :
Peter Paul Rubens (1577–1640)
Miracle de Saint Ignace de Loyola 1618
Saint Ignace, né à Loyola (1491-1556) exorcise au cours d'une messe un homme et une femme :
elle, blanche, bouche ouverte, yeux révulsés, et en pleine convulsions, présente, en réalité, tous les symptÎmes de la crise d'hystérie, et Charcot se servait de ce tableau pour décrire cette maladie et sa phase de convulsion..
Au fond de l'église, en gris, les démons chassés quittent les ùmes des deux possédés, sous les regards observateurs et sombres d'une dizaine d'ecclésiastiques de sa "Compagnie de Jésus".
Huile sur toile de 535 cm X 395 cm
Kunsthistorisches Museum Vienne
TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Cet article, et plus de 450 autres, est Ă  retrouver sur :
- la page Face Book " Le sachez tu !? 😼 "
- et sur le blog :