Le sachez tu !? :o Chronique Ă©tymologique et culturelle par Laurence Chalon

Le sachez tu !? :o Petite chronique Ă©tymologique et culturelle par Laurence Chalon

Les articles classés par dates :

jeudi 27 janvier 2022

Le Sachez Tu !? 😼 Baldaquin : de l’italien baldacchino , de Bagdad

 Le Sachez Tu !?

😼 Baldaquin :
ce joli mot illustrant les montages de rideaux de courtine qui entouraient les lits d'autrefois, vient de l'ancien français baudequin, ou baldac, lui mĂȘme issu de l’italien baldacchino (dais), signifiant "originaire de Baldacco", dĂ©formation italienne de l’arabe : ŰšŰșۯۧۯ Bagdad.
En effet, c'est dans cette célÚbre ville de Bagdad, capitale de l'actuel Irak, sur la route de la soie, que l'on a fabriqué trÚs tÎt de riches soieries.
L'intĂ©rĂȘt de poser des courtines autour d'un ciel de lit Ă©tait variĂ© : le premier Ă©tait avant tout de conserver un peu de chaleur, Ă  une Ă©poque oĂč la seule source de chauffage Ă©tait la cheminĂ©e, et le bassinage, c'est Ă  dire le rĂ©chauffement des draps par une bassinoire de cuivre Ă  long manche, emplie de braises.
D'autre part, ces courtines de lit offraient une certaine intimitĂ©, une fois les rideaux tirĂ©s, dans des piĂšces oĂč il arrivait que l'on dorme Ă  plusieurs et parfois mĂȘme avec les animaux..
En Bretagne, les lits clos Ă©taient mĂȘme fermĂ©s dans des structures en bois dĂ©corĂ©es.
Les baldaquins luxueux de soie sont venus plus tard, marque ostentatoire de richesse et les belles dames du temps jadis recevaient dans la "ruelle" : espace entre le lit et le rideau oĂč l'on approchait un siĂšge (avant de faire celui de la belle, si proche du but, et du lit)
Ci- dessous :
Edouard V, jeune roi mineur d’Angleterre, (1470–1483) et son frĂšre Richard, duc d’York, dans leur lit Ă  baldaquin richement sculptĂ©,
dit "Les Enfants d’Edouard”.
Le petit roi Édouard disparaĂźt en 1483, ainsi que son jeune frĂšre Richard, aprĂšs avoir Ă©tĂ© enfermĂ©s Ă  la Tour de Londres, et un "rĂšgne" de deux mois seulement.
On a accusĂ© leur oncle Richard III, frĂšre de leur pĂšre Édouard IV, d’avoir ordonnĂ© leurs assassinats, mais ce meurtre n'a jamais Ă©tĂ© prouvĂ©.
En 1502, un chevalier anglais du nom de James Tyrrell, fidÚle lieutenant de Richard III, confessa les avoir étouffés sous des matelas. Mais ses aveux, obtenus sous la torture, sont sujets à caution pour les historiens.
Dans ce tableau, le jeune captif nous prend à parti de sa réclusion, ses yeux plongés dans les nÎtres, et la mention "King Edward" figure sculptée sur le bois de lit.
Peinture de 1830,
de Paul Delaroche (1797–1856).
Huile sur toile, H. 2,15 X L. 2,15.
Musée du Louvre.
TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Cet article, et plus de 450 autres, est Ă  retrouver sur :
- la page Face Book " Le sachez tu !? 😼 "
- et sur le blog :